partenaires de brume

Concert Noel Gallagher s High Flying Bir

Le live, le lundi soir sur BRUME à partir de 21h

Ce lundi 22 février 2021, retrouvez Noel Gallagher's High Flying Birds en concert au Rockpalast Festival en 2015

à écouter sur radio brume, 90.7  et sur www.radiobrume.fr

Haut de page


LIVE PRINCE

L'une de ses grandes apparitions scéniques dans sa dernière période de retour. Il est l'invité  d'honneur du Montreux Festival en 2013 pour 3 concerts exceptionnels. Plus jazz que jamais, plus swing que jamais, ambiance effervescente et trépidante pendant plus de 2 heures de live, Prince en meneur, chef d'orchestre embrasant sa troupe et le public dans un même tourbillon musical sans limite. A l'instar d'un Prince généreux, survolté qui embrase son orchestre frolant l'excellence. L'interpénétration des arrangements jazz donne un caractère atemporel à cette prestation. Oui, Prince était capable de tout. C'est peut-être cela qu'on appelle le génie musical.

A écouter sur Brume , lundi 14 février à 21h

 

LIVE PRINCE Montreux Festival 2013

SETLIST  

Intro

(Thunderstorms intro)

Strays of the World

 pour 

Days of Wild

Big Fun

(The New Power Generation cover)

Play Video

Ain't Nobody

(Rufus & Chaka Khan cover)

Don't Stop the Music

(Yarbrough & Peoples cover)

Family Affair

(Mary J. Blige cover)

Big City

Play Video

Superconductor

(Andy Allo cover)

1999

Extraloveable

Purple Rain

Haut de page


Nouvelle serie de documentaires

Encrenoire, c’est une série de portraits d’auteurs de romans noirs, qui mêle narration documentaire, interviews et lectures d’extraits proposée par Amaury Ballet.

Premier épisode consacré à l’auteur de polars Dennis Lehane.
Avec les interventions de Jean-Pierre Barrel, Librairie-Café Un Petit Noir et Eric le Rouge, les lectures de Louka Petit-Taborelli et Maud Charrel, les chroniques cinéma de Rafael Lorenzo et Hakim Fdaouch.
 
Rendez-vous,chaque dimanche à 21h

Haut de page


Nouvelle serie de documentaires

Encrenoire, c’est une série de portraits d’auteurs de romans noirs, qui mêle narration documentaire, interviews et lectures d’extraits proposée par Amaury Ballet.

Premier épisode consacré à l’auteur de polars Dennis Lehane.
Avec les interventions de Jean-Pierre Barrel, Librairie-Café Un Petit Noir et Eric le Rouge, les lectures de Louka Petit-Taborelli et Maud Charrel, les chroniques cinéma de Rafael Lorenzo et Hakim Fdaouch.
 
Rendez-vous,chaque dimanche à 21h

Haut de page


Live Flaming Lips

Le Néo live des Flaming Lips

Lundi soir, sur Brume, retrouvez la féerie psychédélique du groupe de Wayne Coyne enregistré au Nox Orae en Suisse. Baignez dans une immense coupe de champagne. Rideaux de pluie étincelante, éclaboussement de bulles spectaculaires, les Flaming  Lips ont gardé une âme d’enfant dans les temps moroses que nous traversons. Avec les effets futuristes vintage, ils tordent le cou au codiv en mettant le public sous bulle tels des illusionnistes fantasques, ils ont trouvé la parade pour continuer à jouer sur scène et transcender les distanciations par des techniques dignes de comédies musicales.

L’onirisme et l’ironie vont de pair chez les Flaming Lips qui illustrent parfaitement le désir par l’imagination et l’invitation à la fantaisie . Wayne Coyne , en hippie cosmique semble parler par-delà les voix sous un arc-en-ciel qui structure une scène grandiloquente. Avec « Do you realise » en rappel, l’odyssée trippante et baroque accomplit un set synthétique spatial et triomphant.

Les  Flaming Lips et leurs effets scéniques imparables nous offrent 1h30 de plongée fantasmagorique dont la perception de l’image renvoyée par notre imagination semble percer les ondes de la radio. A savourer  en vous laissant absorber  par la magie  sonore  venue de la stratosphère de ces  faiseurs de rêves. A écouter avec les yeux

 

Haut de page


La Culture s invite chez vous

Enregistrée dans les conditions du live sur la scène du Théâtre national populaire,
la web-émission « Culturissime ! » a été imaginée pour soutenir tous les arts et tous les artistes.
Ce programme inédit, proposé par la ville de Villeurbanne, va réunir les différents équipements culturels du territoire, pour un dialogue sur la situation liée à la crise du Covid-19 et les perspectives de réinvention de l’offre culturelle.
Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne et vice-président à la Métropole en charge de la Culture, a convié l’humoriste et chroniqueuse Sophia Aram pour accompagner les débats.

Emission rediffusée sur BRUME dans LA CAMPUS LINE MARDI 9 FEVRIER A 20h

Haut de page


Nuit des Idees

La Nuit des Idées revient le 28 janvier 2021, pour des discussions en virtuel. Dédiée au partage des idées et de la pensée, la Nuit des Idées 2021 réunit des spécialistes, chercheurs, écrivains sur certains sites, sur une thématique :  "proches". 

Dans la campus line,nous vous proposons de suivre des moments de la Nuit des Idées 2021 qui s’est déroulée le 28 janvier dernier, pendant 24h et partout dans le monde , avec des intervenants aussi différents , que des philosophes, des  jeunes cinéastes,  des écrivains émérites  La chanteuse et poètesse  Patti Smith, Hartmut Rosa, Barbara Cassin, Souleynemane Bachir Diagne

La Nuit des Idées s’est tenue  le 28 janvier 2021 dernier, cette année, sur Internet pour les raisons de Pandémie du Covid. L’événement est une suite d’interventions venant du monde entier en  discussions virtuelles. Consacrée  au partage des idées et de la pensée, la Nuit des Idées  réunit des spécialistes, chercheurs, écrivains sur certains sites,  acteurs artistiques, chaque année, sur une thématique;  cette année, le thème est  « proches » mais aussi le temps et les notions de transformation dans des moments inédits.

Une nuit initiée  par l’institut français pour essayer de modifier le monde, cela parait bien ambitieux  mais pourquoi  ne pas croire qu’on puisse se réveiller , après ses 24 heures de partages d’idées avec de nouveaux possibles. C'est une gageure intellectuelle et sociale que s’est donnée cette édition de la Nuit des Idées si particulière  car si il y avait  l'impossibilité de se réunir en physique, elle  n’en était  pas moins concevable par l’idée  de partager à distance, trouver en dépit de la distanciation et par l’écoute,  la proximité,  Cela parait paradoxal mais pourtant ce  grand live mondial de 24h diffusé depuis les quatre coins du monde pour réfléchir à l'avenir a rapproché  les distances, jusqu’à la supprimer. Par le numérique , la distanciation imposée donne le désir de se rapprocher . Le thème de l'édition 2021, « Proches », a été choisi en résonance avec l'épidémie de coronavirus et d’ailleurs, le philosophe Hartmut Rosa , invité d’honneur de cette édition de la Nuit des idées y revient. L'idée qui a irrigué ce thème , en tout cas,  c’est, comme cela que les organisateurs de la cette Nuit la définisse, c’est   "permettre la transformation de nos rapports à l’espace et aux mobilités, les nouvelles solidarités que la crise de nos modèles économiques et sociaux appelle à construire, ou encore la place du numérique dans nos sociétés, qui façonne plus que jamais notre rapport au monde."

 

Harmut Rosa est philosophe, il a travaillé sur l’accélération que cause le numérique , mais la dilatation du temps pendant le confinement a reposé la question de la proximité, par le prisme de la résonnance qui peut opérer par l’écoute et la cognition. Voilà bien une définition du partage des idées.

 

Patti Smith est une invitée spéciale de cette nuit des idées, elle a choisi de racontrer son confinement autour de ses livres et a composé un poème comme elle le fait en début de chaque année, elle a composé un titre pour son intervention et a amené son groupe de musiciens pour interpréter une version acoustique de Because the Night

 

Barbara Cassin et Souleymane Bachir Diagne, tous deux philosophe mais au parcours différents, conversent de la traduction, comme un outil à la proximité, la compréhension de l’autre passant par le langage. Il n’y a pas de langage universel mais la traduction permet de mettre en compréhension les uns et les autres dans le monde entier. L’altérité que suppose la langue de l’autre, l’intraduisible ne sépare pas mais au contraire porte  l’autre à la compréhension différente, en rendant proche ce qui ne se comprend pas naturellement, c’est la diversité des sens qui ouvre le langage à toute les cultures.

 

Avoir 18 ans en Grèce ou en Turquie, des jeunes s’expriment sur leur situation pendant la pandémie sous le regard à distance de Brigitte Labbé, philosophe qui travaille à vulgariser les thèmes philosophiques pour les jeunes. Des jeunes témoignent de l’isolement, du manque de socialisation qui les dérangent et sont associés à une forme de déstabilisation de leur quotidien. Ils évoquent aussi  le rapport intergénérationnel  plus ou moins bien vécus. 

A écouter sur BRUME dans la Campus Line, Prochainement...

Haut de page


Emission speciale Phil Spector

EMISSION SPECIALE phil Spector

 

MARDI 26/012121 0 21H  SUR brume

Haut de page


Le Mur Du Son

Ne manquez pas l'Emission Spéciale PHIL SPECTOR,   MARDI 26/01 A 21H SUR BRUME

 

Ange et démon, il reste pour tous l’inventeur du « mur du son ». Sans être astrophysicien, Phil Spector a totalement bouleversé la physique du son pop dans années 60. On ne le célèbre pas comme un arrangeur mais comme un inventeur et, si l’on regarde de plus près l’histoire du rock et de la pop, il n’y en a pas eu tant que cela, des vrais inventeurs de sons. Il a créé une pop hors limite, potentiomètres dans le rouge, ryhthmiques  assassines,  à la marge de la saturation sur des chansonnettes de pop’n soul. Des binaires de  grésillements sur des refrains imparables, des saturations insolentes plaquées sur  des rythmiques  surpuissantes doublant , triplant les instruments quand le son vinyle ne venait pas accroitre cette sensation  euphorisante, voire orgasmique  On peut ne pas connaitre tous les hits qu’il a enregistrés  dominant les charts américains, entre 62 et 66, et se souvenir du son de Phil Spector, qui a réalisé le dernier album des Beatles . Magicien ou sorcier, on le disait tyrannique et génial en même temps

Avec le départ de Phil Spector, c’est l’âme des studios ? LA Magic Touch qui part aux enfers. Condamné pour meurtre, il est mort en prison.

Haut de page


#SportFemininToujours

L’opération #SportFemininToujours est une initiative du CSA pour de mobiliser les médias audiovisuels, que nous sommes, autour de la question des retransmissions sportives féminines et aussi de la représentation des femmes dans le sport.

Cette opération  a été créée à la suite d’une étude du CSA, en 2014, qui mettait  en évidence, le manque cruel  de retransmissions sportives féminines sur les écrans : 7% seulement. Il fallait une  un engagement fort  des ministères des Sports et de celui de l’égalité femmes/homme ainsi que du CNOSF et du Comité paralympique aux côtés du CSA dès 2016, pour marquer un tournant. La volonté s’est inscrite de rééquilibrer cette anomalie discriminatoire, notamment  par un rendez-vous annuel consistant à donner un nouvel élan à la féminisation du sport, à ancrer le sport féminin dans les usages en encourageant la diversité des sports retransmis sur les antennes.

 La médiatisation du sport est l’élément indispensable  « pour enclencher un cercle économique vertueux ». Car on sait maintenant que les retransmissions sportives féminines attirent un large public - masculin et féminin- et les larges audiences générées permettent aux chaînes et radios d’attirer de nombreux annonceurs. Par ailleurs, on sait aussi qu’il y a une corrélation positive entre l’exposition médiatique et la pratique sportive : « plus de 90% de licenciées dans les clubs de foot depuis les premières retransmissions de coupe du monde de football féminin sur les écrans ».

La  communication audiovisuelle sportive est un moyen avéré pour faire entrer dans la société et dans les familles, les pratiques sportives.  Les médias transmettent l’envie de faire un sport, sont à l’origine de leur essor. Pensons au Tennis dans les années 80, au basket féminin dans les années 2010. « C’est ici un cercle sociétal qui est enclenché ». « C’est en voyant des matchs, en lisant des résumés, en écoutant des interviews que l’individu s’identifie, se projette, trouve des repères et des modèle (…) Un impact de la médiatisation non seulement dans le développement de la pratique sportive, mais également dans la déconstruction de stéréotypes » confirme Carole Gomez, directrice de recherche à l’Iris. » Aucun sociologue ne pourrait affirmer le contraire

 Il nous revient donc, nous médias, la responsabilité de traduire sur les antennes la juste représentation du sport dans notre société, une société qui a changé car aujourd’hui  les femmes pratiquent du sport, professionnalisent leurs sports, féminisent des pratiques sportives, élèvent le niveau des pratiques et multiplient leur intérêts pour des sports dits masculins. Ce dernier aspect souligne que la question du sport féminin est  bien plus généralement celle de la place des femmes dans la société et du regard qu’on porte encore sur elles.  D’ailleurs, ici, on parle « sport par les femmes » et non de « sport au féminin ».

Cette édition 2021 s’inscrit dans le contexte exceptionnel de la crise sanitaire. Si le sport est très largement touché par cette crise avec l’arrêt des pratiques professionnelles et amateurs, la fermeture des stades, l’arrêt des retransmissions… tous s’accordent à dire que le sport féminin l’est encore plus. Quelles sont les conséquences économiques, sociales et sociétales de cet arrêt de jeu sifflé par la crise Covid ? On ne le sait pas encore mais cela doit encourager à agir, dans le contexte du Covid, de manière adaptée en insistant, notamment par des campagnes de médiatisation ou de médiation que n’empêche pas le virus.

 

Essayons d’être pragmatique et faisons de cet opération #SportFémininToujours, une action  visant à inciter les médias à diffuser davantage de retransmissions sportives sur les antennes, à aborder la pratique du sport par les femmes et les problématiques concrètes, liées à leur sexe, qu’elles rencontrent : maternité des athlètes, accompagnement des sportives de haut niveau, place des femmes dans les instances dirigeantes, la question du corps des femmes …   Cette médiation  ne peut qu’être  utile car avec autant de  supports  pouvant être  traités par les médias : interviews, portraits, magazine, témoignages avec des femmes mais pas que, il y a matière à faire avancer de manière constructive cette réflexion qui se prolongera au-delà de #SportFemininToujours.

 

A partir du dimanche 17 janvier 2021, l’opération est lancée  et,  une  conférence de présentation sera organisée le 19 janvier, marquée par, notamment, la présence de Roch-Olivier Maistre, président du CSA et les membres de son Collège, Jean-Michel Blanquer, Roxana Maracineanu et Elisabeth Moreno, ainsi que Delphine O., ambassadrice du Forum Génération Egalité et Global Sports Week ou encore Laurence Fisher, ambassadrice du sport.

Cette édition 2021 est donc placée  sous le signe de l’engagement pour plus de diffusion et de soutien au « sport fait par les femmes » à tous les niveaux et à une meilleure représentation de la femme dans la pratique sportive .

Dans le contexte actuel, elle aura une dimension digitale appuyée. Des sites et applications des chaînes de TV et radios ainsi que leurs réseaux sociaux sont largement impliqués. A noter que des  pure players comme Brut ont déjà fait savoir qu’ils répondraient  présents au rendez-vous.

Haut de page


And the winner is: The Social Network

 
Bertrand : 0
François : 0
Hakim : 0
Jérémy : 0

The Social Network

de David Fincher
avec Jesse Eisenberg, Justin Timberlake, Andrew Garfield
(Etats-Unis, 2010, 121m)
 
   

       And the winner is David Fincher for The Social Network! (Nuée d'applaudissements et autres cris hystériques en tout genre). C'est en substance ce que vous entendrez lors de la prochaine nuit des oscars dans une poignée de semaines. 2010 s'achève et l'heure du bilan a sonné. Que retenir de cette année cinématographique? D'abord, et c'est une chose terriblement agréable et excitante, un nombre intéressant de premiers long-métrages enragés et intenses, annonçant des metteurs en scène à suivre (Chris Morris, Dominic Murphy ou encore le sympathique duo Hélène Cattet et Bruno Forzani). Ensuite, d'illustres anciens  montrent bien que le talent ne se perd pas avec l'âge ( Martin Scorcese, Woody Allen, Roman Polanski, Takeshi Kitano. Mais surtout, 2010 est l'année de la confirmation, si besoin est, pour des cinéastes au talent aujourd'hui impossible à remettre en cause. Citons, entre autres: Christopher Nolan, Wes Anderson, François Ozon et surtout, David Fincher. Si 2008 et 2009 ont été marquées par d'âpres et rugueux débats dans nos locaux en guise de voeux de bonne année, 2010 a répandu une étrange atmosphère de détente, d'évidence, pour de pas dire une atmosphère de paix et damour en poussant le bouchon un peu loin. Et cela a été rendu possible par un film, The Social Network.
 Cinéaste apparu dans les années 1990, d'abord responsable des effets spéciaux dans l'écurie Lucas, David Fincher a imposé dès ses premiers films, un univers punk et violent aux individus schizophréniques et inadaptés à une société de consommation destructrice. Mais, là où l'homme surprend, c'est dans sa capacité à faire évoluer son oeuvre mais vers une forme de cinéma plus posé, plus nuancé aussi et qui plus est, nettement plus complexe. Avec The Social Network, Fincher poursuit le travail entamé par Zodiac quelques années plus tôt. Le récit gagne en linéarité et la mise en scène se met au service de ce nouveau matériau, délaissant au passage certains gimmicks visuels sans pour autant perdre en efficacité. Secondé par l'excellent Aron Sorkin au scénario, Fincher dévoile les coulisses et surtout les hommes à la base de la révolution numérique qu'est Facebook. A travers ces hommes, est décrit le paradoxe Facebook, prenant vie avec le personnage de Marc Zuckerberg : un homme dont l'ascension fulgurante et sans retour vers les sommets mène à une inévitable solitude, un Citizen Kane de l'ère contemporaine. Adolescent attardé, plus sauvage qu'introverti, Zuckerberg est un homme nouveau, millionnaire du monde numérique, qui progressivement se désincarne pour ne vivre qu'à travers son avatar. A ce titre, la fin du métrage, écho de l'introduction, résonne comme un sommet de pathétisme et de résignation.
 David Fincher signe donc avec The Social Network un film puissant et subtil sur l'avènement du premier millionnaire numérique, sorte de Charles Foster Kane du XXIème siècle. Après avoir fait l'unanimité au sein de la rédaction de Brume, il est, je pense, inutile de préciser qu'il est notre grand favori pour les Oscars 2010. Et souvenez-vous, l'année passée, nous avions déjà mis une pièce sur Démineurs.
 

  Jérémy Moriau

Haut de page

Tournée

 
Bertrand : 0
François : 0
Hakim : 0
Jérémy : 0

Tournée

de Mathieu Amalric
avec Mathieu Amalric Mimi Le Meaux Dirty Martini Roky Roulette
(Fr, 2010, 111m)
 
   

Ancien producteur de télévision à succès, Joaquim Zand revient en France après un long exil aux Etats-Unis. Acompagné d'une troupe de femmes officiant sous le nom de "New Burlesque", il propose aux différentes salles provinciales des spectacles de cabaret divers et variés allant du striptease à la chanson. Leurs dernières étapes devaient être Paris mais les anciennes relations de Joaquim lui mettent des bâtons dans les roues. Film extrèmement encré dans le présent, Amalric nous fait vivre le quotidien de cette troupe d'excentriques américaines à travers la France. Souvent le passé et le futur des personnages sont incertains, il capte ces moments de manière intime, tout en gardant une part de mystère sur les antécédents des personnages. Le film se présente plus comme le journal intime de ces êtres, que celui de la tournée, ainsi les nombreuses scènes de spectacle ne sont jamais filmées du point de vue du spectateur, mais des coulisses. Véritable film de personnages, Tournée nous offre une pléiade de personnages pittoresques, à commencer par Joaquim, brillamment interprété par Amalric lui-même, producteur anachronique, bourré de tocs, et veillant sur ses protégées comme le père qu'il ne sera jamais pour ses deux fils restés en France. Ses filles sont toutes aussi brillantes, si ce n'est plus, tellement elles débordent de vitalité, d'humour et de fragilité. Chacune de ces femmes, pourtant interprétée par une actrice non-professionelle, respire l'authenticité. Amalric ne tombe pas dans le piège de présenter ce groupe comme tel, mais plus comme différentes personnes partageant une tournée dans la complicité et la bonne humeur. Bien que débordant d'humour, le film prend une tournure dramatique quand les personnages finalement seuls parmi les autres se heurtent, notamment le personnage de Joaquim et de Mimi le Meaux. Un film ingénieux, alternant légèreté et gravité, offrant une bouffée d'air frais au cinéma français.

  Bertrand Mougnaud

Haut de page